22 novembre 2013

Lecture du métro #21


image_2

Mississippi d'Hillary Jordan : ce livre très court, conseillé par un copain se dévore en quelques heures. Présentation de l'éditeur : "Dans le Vieux Sud sauvage des années 40, Laura et Henry luttent pour élever leurs enfants sur une terre ingrate. Laura sait qu’elle ne sera jamais heureuse dans cette ferme isolée et sans confort. Lorsque deux soldats rentrent du front, elle se sent renaître peu à peu. Empoisonné par le racisme, cet univers de boue, de désirs et de mort verra la sauvagerie tout emporter… Un premier roman magistral sur fond de bruit et de fureur". Ce roman chorale, à 6 voix permet de suivre ces destins difficiles et nous plonge dans le coeur de l'amérique profonde, passionnée mais aussi violente et âpre. L'intrigue est bien construite, chacune des lignes a sa place. Pas un mot de trop et c'est suffisamment rare pour être souligné. Bref, j'ai aimé et vous le conseille vivement. Surtout en ce moment, ce bouquin a le mérite de nous rappeler les absurdités humaines et l'injustice qui régnaient en maître et de plein droit il y a seulement quelques dizaines d'années, pour des raisons de couleurs de peau. 

image_3

 Fleur de tonnerre de Jean Teulé : Biographie romancée de l'une des plus grande serial killeuse connue, ce livre poursuit la destinée de son héroïne puisqu'il est, pour le lecteur, d'un ennui quasi mortel. Je vais donc faire court : "Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente. Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?". Au final, on n'apprend pas grand chose, Teulé nous livre le parcours de cette femme, sans rien expliquer ni analyser. Il m'avait habitué à nettement mieux. Grosse déception décrépite.  

image_1

La scène des souvenirs de Kate Morton : Une chronique très positive dans le ELLE il y a quelques mois m'avait donné envie de lire ce roman. Pitch de l'éditeur : " 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère âgée. Dans la ferme de son enfance, la comédienne est assaillie par les souvenirs, et plus particulièrement par les images d’un après-midi d’été étouffant, cinquante ans auparavant. Partie se réfugier dans une cabane perchée dans les arbres afin de rêvasser tranquillement, Laurel, alors adolescente, avait vu sa mère poignarder un inconnu. Un événement que personne n’avait évoqué par la suite. Hantée par ce drame resté secret, Laurel décide de plonger dans le passé de sa famille. Elle trouve dans le grenier une photographie datant de la Seconde Guerre mondiale qui lui révèle l’existence d’une certaine Vivien… ". Malgré un démarrage lent et des personnages un peu caricatural, je me suis laissée prendre par cette belle histoire, au rythme des AR entre 2011 et le blitz (minute culture :D ,blitz, terme allemand signifiant « éclair »est le nom donné à la campagne de bombardements stratégiques durant la Seconde Guerre mondiale mené parl'aviation allemande, contre le Royaume-Uni du 7 septembre 1940 au 21 mai 1941 merci wikipedia). Et puis le final vaut le détour alors si vous cherchez un bon gros roman facile à lire au coin du feu en attendant le père nono et sa grosse bûche, n'hésitez pas. 

image

La barbare de Katherine Pancol : publié en 1981 et réedité en 1995, j'ai emprunté ce livre a ma copine chaussette, intriguée par son titre et sa jolie couverture. J'avais aimé "Les yeux jaunes des crocodiles" mais pas lu la suite des aventures, "Les écureuils de central park" (ouf que ). Et bien, le titre n'aurait pu être mieux choisi. Pitch "Elle rêvait d'orages et d’absolu… À 21 ans, Anne est enfermée dans un mariage doré et gaspille ses journées dans des aventures sans passion. Tout l'afflige et l'ennuie. Ce serait donc ça la vie, une traversée en somnambule ? Un jour, un télégramme du Maroc lui annonce la mort de son père. Sa vie va basculer… elle ne sera plus jamais la même.". L'héroine, qui a vécu ses 20 premières années en spectatrice décide de prendre le taureau par les cornes et de suivre ce que lui dicte sa passion. A fleur de peau, cherchant l'absolu, le puissant, elle accepte de se brûler les ailes car c'est comme cela qu'elle se sent vivante. Un roman assez violent qui m'a emporté dans les tourments de son héroine sans concession. Pas mal du tout, pas le livre de l'année mais bien différents des derniers bouquins que j'ai lu et j'aime tellement ça, être surprise. 

bon we coquine !


Commentaires sur Lecture du métro #21

    Allez hop, j'ajoute "la scène des souvenirs" à ma loooongue liste de LAL (Livres à Lire ^_^ )

    Posté par Mzelle CoKinette, 22 novembre 2013 à 17:57 | | Répondre
  • ha bah du coup il me tente ce pancol!
    bon week!

    Posté par damefofie, 22 novembre 2013 à 18:13 | | Répondre
Nouveau commentaire