04 novembre 2013

Lecture du métro #20


Jim Fergus Marie Blanche

 Marie-Blanche de Jim Fergus : résumé de l'éditeur "1995, région des Grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans. Fille d'aristocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a connu un destin hors du commun, qui l'a menée de son petit village natal de la région de Senlis jusqu'aux États-Unis, en passant par les sables de l'Égypte. D'un caractère entier, froide et tyrannique, elle a brisé la vie de sa famille, en particulier celle de sa propre fille, Marie-Blanche, la mère de Jim. Pour essayer de la comprendre, et peut-être de lui pardonner, celui-ci va tenter de retracer son parcours. En parallèle, à travers le journal intime de sa mère, l'écrivain nous fait entrer dans l'intimité de celle-ci. Internée en 1966 dans un asile de Lausanne, Marie-Blanche se souvient de sa vie, commencée comme un conte de fées mais qui prit peu à peu des allures de tragédie." Après avoir lu 1000 femmes blanches, vous avez été plusieurs à me conseiller de lire celui ci du même auteur. Et j'ai bien fait de suivre vos conseils, encore une fois, ce roman se lit presque d'une traite. Grande fresque sur la famille de l'auteur, nous parcourons le XXème siècle aux côtés de personnalités hors du commun, à qui tout sera offert et rien ne sera épargné. Parfois dérangeant, ce livre est avant tout romanesque, dramatique et émouvant. Jim Fergus fait encore une fois la preuve de son grand talent de conteur. Son dernier livre, Chrysis est déjà sur ma pile.

Alice Ferney Cherchez la femme

 Cherchez la femme d'Alice Ferney : Grande admiratrice de la plume d'Alice Ferney, j'étais restée sur ma faim avec  Les autres. C'est donc avec beaucoup d'espoir que je me suis attaquée à son dernier roman qui, sans grande surprise car c'est là qu'elle excelle le plus, l'autopsie minitieuse d'un couple. Pitch officiel "Serge est brillant, entreprenant, narcissique. Marianne est sincère, ardente, déterminée au bonheur. Cherchez la femme raconte "l'histoire totale" de leur couple. Sous les yeux du lecteur, il se forme, s'établit, procrée, s'épanouit, subit l'épreuve du temps et la déchirure de l'infidélité... Nos destinées affectives sont-elles libres ? De quel poids pèsent les rêves et les échecs de la génération précédente ? Quelles forces obscures (le passé, l'enfance, l'origine sociale, l'argent, la carrière professionnelle, les convictions, les valeurs) sont à l'oeuvre dans la vie conjugale et menacent cet entrelacs fragile de deux solitudes engagées l'une envers l'autre ? En forme d'étude de caractères, Cherchez la femme est un livre captivant, plein d'intelligence et d'humour, qui démonte a posteriori les mécanismes délicats d'un mariage et, ce faisant, dévoile à ses personnages les secrets de leur modeste épopée". Encore une fois, j'ai été absolument bluffée par la précision chirurgicale de l'auteur dans sa description du parcours des sentiments et son analyse quasi biologique sur l'inné et l'acquis. Comment notre enfance, la façon dont nous avons été élevés/aimés par nos parents, notre entourage influence t'il notre caractère et notre position dans la société. C'est surtout à ça que répond avec brio ce roman. Et bien ma foi, grosse pression avec mes kids, j'ai intérêt à bien me débrouiller pour pas qu'ils ressemble à Serge. 

laurent binet Hhhhhhhh

 HHhH de Laurent Binet :  Résumé de l'éditeur : " Laissez-vous transporter dans la tourmente de la Deuxième Guerre mondiale, Munich, Berlin, Londres, Paris, Kiev, faites un petit détour par le Moyen Âgé et repassez par 2010 pour atterrir à Prague, en 1942. HHhH raconte l’histoire de l’attentat contre Heydrich et de la folle traque qui s’ensuivit pour s’achever dans une église au centre de Prague où sept hommes soutinrent un siège de sept heures face à sept cent SS. Reinhard Heydrich, « l’homme le plus dangereux du IIIe Reich », était le bras droit d’Himmler mais chez les SS, on disait « HHhH », ce qui signifiait : « le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». A l’heure où le débat fait rage autour des rapports tumultueux entre Histoire et fiction (cf. l’affaire Lanzmann-Haenel), dévorez sans attendre ce roman étonnant qui reconstitue les faits avec une précision maniaque fondée sur un travail de documentation impressionnant mais qui se pose sans cesse la question, entre deux déflagrations : comment raconter une histoire vraie ?"; Conseillé par un copain, ce court roman était dans ma pile depuis plusieurs mois le pauvre. La faute à cette couverture plutôt flippante et ce costume qui fait grincer des dents. J'ai quand même finit par le lire, ce bouquin très étrange. Et j'ai aimé ça, parcourir l'Histoire, me rafraîchir la mémoire sur ce qui est tout sauf un détail, avoir la nausée de tant d'inhumanité et la chair de poule devant tant d'héroisme. Mais aussi me faire surprendre par les digressions de l'auteur sur son droit en tant qu'écrivant de romancer ce passage de l'Histoire.

Frederic Lenoir l'ame du monde

 L'Âme du monde de Frédéric Lenoir : Philosophe avant d'être écrivain, Frédéric Lenoir a l'art de transmettre des messages profonds et spirituels en peu de mots. Le fameux "Less is more"  souvent utilisé pour parler d'un look, d'architecture, de design pourrait completement s'appliquer pour cette pépite qui, sans aucun prosélytisme, en illustrant ses propos de contes de toutes les origines, réussit à nous transmettre l'âme du monde . A lire, en quelques heures, plusieurs fois par an. Il remet les pendules à l'heure, rappelle délicatement toute l'importance de discerner, de ne pas oublier l'essentiel. Bref, un livre à remettre entre toutes les mains de ceux que vous aimez (ou de ceux que vous n'aimez pas, pour les rendre meilleurs ;)). Résumé de l'éditeur : "Quelle force mystérieuse a poussé sept sages – un lama tibétain, un moine chrétien américain, une mystique indienne, un kabbaliste israélien, une philosophe néerlandaise, un maître soufi africain, une chamane de Mongolie, un maître taoïste chinois – à se réunir à Toulanka, monastère perdu du Tibet ? Pressentant l'imminence d'un cataclysme planétaire, ils sont venus transmettre à Tenzin et Natina, deux jeunes adolescents, les clés fondamentales de la sagesse. Au-delà des divergences culturelles et historiques de leurs traditions respectives, leur message philosophique et spirituel répond aux questions cruciales que se pose tout être humain : Pourquoi suis-je sur terre ? Comment réussir ma vie et être heureux ? Comment passer de la peur à l'amour ? Loin des croyances dogmatiques, ils ouvrent le chemin simple et concret d'un humanisme spirituel qui aide à vivre".

ps : rentrée bien chargée, blog un peu délaissé ces dernières semaines mais je vais essayer d'être plus régulière. C'est pourtant pas les sujets qui manquent, juste le temps de les coucher ici ;) A très vite coquine.


Commentaires sur Lecture du métro #20

    HHhH : j'ai adoré ce livre et regretté qu'il ne soit pas plus long ! même les passages sur les recherches de l'auteur et ses hésitations sur comment raconté les faits (ce qui m'avait fait hésiter à lire ce livre à la base) sont passionnants !

    Posté par Labique, 04 novembre 2013 à 17:45 | | Répondre
  • que j'aime ce PS
    merci encore pour ce partage, grace a toi j'ai lu cet ete "les apparences" j'ai beaucoup aime. Toute cette selection me fait envie, ne reste plus qu'a s'y mettre, sauf que je ne prends pas le metro...

    Posté par Gawell, 05 novembre 2013 à 14:43 | | Répondre
  • Fan de tes post lecture du métro et de tes petites fiches de lecture! Allez hop deux livres de plus, que j'ai vraiment envie de lire (Ferney et Lenoir) dans ma liste grâce à toi! Merci

    Posté par Priscille, 05 novembre 2013 à 18:18 | | Répondre
Nouveau commentaire