C'est pas sérieux !

26 juin 2014

Chrush #1

ce blog semble à l'abandon. C'est flippant. Je n'en peux plus de voir la Belle et la Bête à chaque fois que j'arrive ici. C'est insoutenable. Donc. En attendant que je me réveille d'autres visuels bcp plus jolis (clic sur la photo pour aller sur le site d'origine).

une idée déco tellement mais tellement canon.  

f179bbc9d2cbbed30ee4ca068b9a2f60

un look soooo cool. Je VEUX ces pompes !

4352e8b0be0b3de5077d76e77d9dd925

le petit truc en +  dont je rêve pour customiser mes bouteilles. Depuis cet article, je n'achète plus de bouteille en plastique d'eau plate. J'ai 2 bouteilles en verre achetées chez IKEA,et roule ma poule. Eau du robinet, je laisse reposer 1/2h avant de refermer et mettre au frigo. L'eau n'a aucun goût alors que directement du robinet elle est vraiment beurk (lovely Paris).

42173e9a60cbb681c44f02a6c0ca3c93

A bientôt.

Posté par peggy peggy à 13:40 - - Commentaires [7]

27 février 2014

La belle et la bête - Théatre Mogador

Faut-il que j'aime mes enfants pour programmer mon réveil le dimanche matin. Prise d'un coup de folie (et après avoir lu le billet d'opio ici, j'ai réservé des places pour assister à la comédie musicale "La belle et la bête" au théâtre Mogador, séance du dimanche matin à 11h. Folie. Normalement à cette heure là je dors - cours - prie - range - presse des oranges ou que sais-je encore... mais jamais encore je n'avais écouté une vilaine bête chanter pour encanailler la plus belle du village.  

la belle et la bête mogador

la belle et la bête mogador 1

Costumes, décors, dialogues, chansons ... on est plongé dès les premières secondes dans l'univers du dessin animé de Disney et pendant un peu moins de 3 heures, j'ai eu exactement le même âge que mes enfants. C'était super chouette d'avoir 7/9 ans. Pourtant pas une habituée des comédies musicales (j'avais vu Mama Mia à Londres il y a quelques années c'est tout), je suis tout de suite entrée dans l'ambiance : les paroles des chansons, après quelques minutes d'adaptation, sont faciles à comprendre et la musique jouant parfaitement son rôle. Un regret cependant, ne pas bien voir l'orchestre jouer, trop caché sous la scène. 

la belle et la bete 5

la belle et la bête mogador 3

la belle et la bete gaston

Gaston, le méchant garçon qui veut épouser la belle et tuer la bête est particulièrement réussi : le chouchou des garçons évidemment car très musclé, très drôle et sans coeur.  Il ravit presque la vedette à la bête. Quelques blagues potaches se glissent habilement dans les dialogues, c'est d'ailleurs assez drôle de n'entendre que les adultes ricanner à certaines moments avec toutes les petites têtes qui se retournent en choeur "j'ai pas compris la blague !??".  

la belle et la bête mogador 2

Le théatre Mogador, construit dans les années 20 et qui a bénéficié d'une rénovation dans les règles de l'art est une salle incroyable : 1900 places très confortables et même du 3ème balcon, on voit vraiment bien la scène : pas de poteau en plein milieu, pente forte qui permet au monsieur devant toi de préserver l'intimité de l'arrière de son crane et même des réhausseurs à dispo pour les kids.  

Le spectacle dure 2h40, dont 20 mn d'entracte. Plus long, il aurait été long, là, il est parfait. Après avoir beaucoup hésité, j'ai opté pour les places à 42€, mais comme la salle n'était pas tout à fait pleine, on a eu la chance de se faire "surclasser". Ma récompense sans doute pour avoir mis mon réveil un dimanche matin, les séances de l'après midi et du soir étant beaucoup plus prisées. Donc donc donc pour résumer, ce spectacle est vraiment réussi, il est, à mon sens idéal à partir de 7 ans. Beaucoup d'adultes sans enfant dans la salle, j'imagine donc qu'il est aussi parfait pour les adeptes du genre même si moi, je dois avouer que ne j'y serais pas allée sans mes minis. 

A bientôt coquine. J'ai une grosse pile de bouquins dont il faut que je te parle !

17 février 2014

Un été à Osage County

Deux actrices américaines sortent très nettement du lot de leurs congénères : Julia Roberts et Meryl Strepp.  Si je devais citer 2 performances en particulier il y aurait Erin Brockovich, seule contre tous et Sur la route de Madison. Alors quand un film les réunit, forcement, il fait des étincelles. Le 26 février prochain sort  le film "Un été à Osage County", que j'ai eu la chance d'aller voir il y a quelques jours. 

affiche un été à osage county

Le pitch officiel : "En famille, on se soutient. En famille, on se déchire... Suite à la disparition de leur père, les trois filles Weston se retrouvent après plusieurs années de séparation, dans leur maison familiale. C’est là qu’elles sont à nouveau réunies avec la mère paranoïaque et lunatique qui les a élevées. A cette occasion, des secrets et des rancoeurs trop longtemps gardés vont brusquement refaire surface…"

Tiré d'une pièce de théatre de Tracy Letts,lauréate du prix Pulitzer et du Tony Award, ce huis clos familial est rythmé par des scènes d'une tendresse absolue et d'autres d'une violence verbale et physique absolument terrifiantes. Tourné en décors réels, dans l'Oklahoma, dans une vraie maison achetée pour l'occasion, on est projeté immédiatement dans l'intimité de cette famille déchirée, ayant presque une place avec eux dans la salle à manger.

été à osage county

un été à osage county

Julia Roberts est époustouflante de justesse, traduisant parfaitement dans son jeu la force de caractère de son personnages et ses failles immenses. Meryl Streep est plutôt effrayante, campant une mère alternativement aux bords de la folie et calculatrice au dernier degré. Et le reste de la famille est parfaitement interprété, avec une mention spéciale pour Juliet Lewis qu'on voit trop peu sur les écrans d'ailleurs.

600x400

augustosagecounty2

Bref, allez-y. Allez vous ce film, comme vous iriez voir une pièce de théâtre. Et rentrez tranquillement chez vous en vous disant que finalement, votre famille s'en sort pas si mal :D.

Pour voir la bande annonce, c'est pas ici YouTubeDailymotion et le site du film est par là. 

 

Posté par peggy peggy à 12:30 - - Commentaires [6]
Tags :
07 janvier 2014

Have Fun !

Les garçons, cette année j'ai envie d'une jolie carte de voeux, alors merci de me faire votre plusbeausourirepremierdelaclasse.

photo (5)

En 2014, je vais toujours manquer d'un poil d'autorité mais je crois qu'on va continuer à bien rigoler. C'est tout ce que je vous souhaite ! Du rire, des bons bouquins et du boursin.

Posté par peggy peggy à 12:00 - - Commentaires [14]
31 décembre 2013

7 ans et 41 jours

photo (4)

Le billet de la dernière chance ! Dire que ce mini mini minou a failli ne pas avoir son billet l'année de ses 7 ans, à quelques heures près. On a frôlé la catastrophe, tt ça à cause d'un embouteillage du côté de mon cerveau (boulot,travaux, déménagement, emménagement ... bref, des broutilles qui occupent)Et sans ce petit billet annuel, comment être certaine de me souvenirs de ces quelques souvenirs ? Je poursuis donc in extremis cette petite série, après tes 2 ,3, 4 , 5 et 6 ans, la voici ta bouille 2013 alors que tu viens de souffler tes 7 bougies mon Robin.

Photo 3000

Tsssssssss, à bouffer non ??!

Photo 316

Donc ce grand bébé poursuit son bonhomme de chemin, toujours partagée entre indépendance et forte dépendance. Savoureux. Nouveautés 2013, tu découvre le plaisir de la lecture et dévore les Tom Tom et Nana, tu chausses du 32, une nouvelle phobie des moustiques depuis une attaque en règle cet été, tu as toujours un anti moustique à porté de ton lit et enfin, un petit côté Jean-Pierre Bacri qui émerge en cas de contrariété. Tu marches dans les pas de ton frère visiblement. Pour le reste, tu poursuis sur ta lancée avec ta collectionnite aiguë de figurines, ton goût immodéré pour l'eau fraîche (une gourde perso dans la frigo toujours remplie, c'est indispensable à Paris n'est-ce pas ?), ta force de caractère, ta volonté, ta persévérance et aussi ... ton goût pour la provocation encore très mal maîtrisé.

Très très belle 8ème année Robin !

PS : toi aussi tu vois cette dent du bas pas du tout blanche comme les autres ? Et bien figure toi que c'est la preuve par l'image que les dents définitives sont beaucoup beaucoup moins jolies que les minis dents de lait toute blanche. Je milite pour la suppression des dents définitives, qu'on les rende aux poneys à qui elles ont été empruntées. Et que nos enfants gardent pour toujouuuuuuuurs leurs dents de lait. Ce message n'a pas été rédigé par l'union française bucco dentaire.

PS2 : ma bonne éducation m'interdit de te souhaiter une bonne année 2014 étant donné que nous sommes, à l'heure où je rédige ce billet, encore en 2013. Cependant, admettons tu lises ce billet en 2014. Et bien là, je me projette dans le futur et te souhaite une merveilleuse année 2014, sans chomage, sans maladie, sans billet de colle pour tes enfants et sans quenelle.

Posté par peggy peggy à 16:20 - - Commentaires [13]
22 novembre 2013

Lecture du métro #21


image_2

Mississippi d'Hillary Jordan : ce livre très court, conseillé par un copain se dévore en quelques heures. Présentation de l'éditeur : "Dans le Vieux Sud sauvage des années 40, Laura et Henry luttent pour élever leurs enfants sur une terre ingrate. Laura sait qu’elle ne sera jamais heureuse dans cette ferme isolée et sans confort. Lorsque deux soldats rentrent du front, elle se sent renaître peu à peu. Empoisonné par le racisme, cet univers de boue, de désirs et de mort verra la sauvagerie tout emporter… Un premier roman magistral sur fond de bruit et de fureur". Ce roman chorale, à 6 voix permet de suivre ces destins difficiles et nous plonge dans le coeur de l'amérique profonde, passionnée mais aussi violente et âpre. L'intrigue est bien construite, chacune des lignes a sa place. Pas un mot de trop et c'est suffisamment rare pour être souligné. Bref, j'ai aimé et vous le conseille vivement. Surtout en ce moment, ce bouquin a le mérite de nous rappeler les absurdités humaines et l'injustice qui régnaient en maître et de plein droit il y a seulement quelques dizaines d'années, pour des raisons de couleurs de peau. 

image_3

 Fleur de tonnerre de Jean Teulé : Biographie romancée de l'une des plus grande serial killeuse connue, ce livre poursuit la destinée de son héroïne puisqu'il est, pour le lecteur, d'un ennui quasi mortel. Je vais donc faire court : "Hélène Jégado a tué des dizaines de ses contemporains sans aucune raison apparente. Quels secrets renfermait cette tête qui, le 26 février 1852, sur le Champ de mars de Rennes, roula dans la corbeille de la guillotine ?". Au final, on n'apprend pas grand chose, Teulé nous livre le parcours de cette femme, sans rien expliquer ni analyser. Il m'avait habitué à nettement mieux. Grosse déception décrépite.  

image_1

La scène des souvenirs de Kate Morton : Une chronique très positive dans le ELLE il y a quelques mois m'avait donné envie de lire ce roman. Pitch de l'éditeur : " 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère âgée. Dans la ferme de son enfance, la comédienne est assaillie par les souvenirs, et plus particulièrement par les images d’un après-midi d’été étouffant, cinquante ans auparavant. Partie se réfugier dans une cabane perchée dans les arbres afin de rêvasser tranquillement, Laurel, alors adolescente, avait vu sa mère poignarder un inconnu. Un événement que personne n’avait évoqué par la suite. Hantée par ce drame resté secret, Laurel décide de plonger dans le passé de sa famille. Elle trouve dans le grenier une photographie datant de la Seconde Guerre mondiale qui lui révèle l’existence d’une certaine Vivien… ". Malgré un démarrage lent et des personnages un peu caricatural, je me suis laissée prendre par cette belle histoire, au rythme des AR entre 2011 et le blitz (minute culture :D ,blitz, terme allemand signifiant « éclair »est le nom donné à la campagne de bombardements stratégiques durant la Seconde Guerre mondiale mené parl'aviation allemande, contre le Royaume-Uni du 7 septembre 1940 au 21 mai 1941 merci wikipedia). Et puis le final vaut le détour alors si vous cherchez un bon gros roman facile à lire au coin du feu en attendant le père nono et sa grosse bûche, n'hésitez pas. 

image

La barbare de Katherine Pancol : publié en 1981 et réedité en 1995, j'ai emprunté ce livre a ma copine chaussette, intriguée par son titre et sa jolie couverture. J'avais aimé "Les yeux jaunes des crocodiles" mais pas lu la suite des aventures, "Les écureuils de central park" (ouf que ). Et bien, le titre n'aurait pu être mieux choisi. Pitch "Elle rêvait d'orages et d’absolu… À 21 ans, Anne est enfermée dans un mariage doré et gaspille ses journées dans des aventures sans passion. Tout l'afflige et l'ennuie. Ce serait donc ça la vie, une traversée en somnambule ? Un jour, un télégramme du Maroc lui annonce la mort de son père. Sa vie va basculer… elle ne sera plus jamais la même.". L'héroine, qui a vécu ses 20 premières années en spectatrice décide de prendre le taureau par les cornes et de suivre ce que lui dicte sa passion. A fleur de peau, cherchant l'absolu, le puissant, elle accepte de se brûler les ailes car c'est comme cela qu'elle se sent vivante. Un roman assez violent qui m'a emporté dans les tourments de son héroine sans concession. Pas mal du tout, pas le livre de l'année mais bien différents des derniers bouquins que j'ai lu et j'aime tellement ça, être surprise. 

bon we coquine !



Fin »